À propos de moi

Je me présente, Patricia PATRIX, née à CHERBOURG dans le Cotentin. J'ai fait des études de secrétariat qui m'ont donné un B.E.P d' Agent Administratif ainsi qu'un C.A.P d' Employée de Bureau avec mention anglais pour les deux. Je suis actuellement vendeuse à domicile indépendante (V.D.I), à la recherche d'un emploi. Passionnée par l'écriture depuis longtemps, j'écris des contes pour enfant illustrés par ma fille (les 3 premiers). J'écris également des nouvelles sentimentales ainsi que des poèmes. J'ai publié trois contes aux Editions EDILIVRE.

1er petit conte dont voici le résumé :

Florentin est en week-end ce soir. C'est vendredi et il a le droit de regarder les étoiles, mais la lune est là et tout  ne se passe pas comme il veut.


2ème petit conte dont voici le résumé :

La princesse Crystal désire de tout son coeur se marier mais elle n'y arrive pas. Une malédiction semble l'en empêcher. Mais qu'elle est cette malédiction ? Arrivera t'elle à se marier ? Ses parents et sa fidèle amie Tourtaltecrisrelle vont tout faire pour l'aider.

3ème petit conte dont voici le résumé :

Eglantine est une petite fille très sage qui travaille bien à l'école mais elle se sent trop seule dans sa maison. Elle écrit donc une lettre spéciale au Père Noël dans laquelle elle lui demande quelque chose de difficile à obtenir. Son souhait sera t'il exaucé ?


Voici le livre qui regroupe les trois nouvelles sentimentales que vous avez en extraits en dessous de l'image.

Voici un extrait de ma 1ère nouvelle sentimentale.

 

LA RÉCEPTION DE M. GEROND

Ludivine était contrariée. La réception que donnait son patron M. Gérond, avait lieu ce soir et elle n'avait toujours pas reçu la robe qu'elle avait commandée par correspondance dès qu'elle avait eu son invitation. De plus, elle travaillait aujourd'hui. Nous étions vendredi et M. Gérond avait décidé de faire cette soirée, justement un vendredi soir, de façon à ce que ses employés puissent se reposer le week-end. C'est gentil de la part de M. Gérond. C'est un patron qui se soucie des ses employés et c'est rare de nos jours. Mais cela n'arrangeait en rien Ludivine........ A SUIVRE.

Voici un extrait de ma 2ème nouvelle sentimentale.

 

 

UNE SEMAINE DE DOUTES

Assise sur le canapé du petit appartement qu'elle occupe depuis peu, Bérénice repensait à la semaine qui venait de s'écouler. Elle avait surpris Théodore, son fiancé, dans les bras d'une autre. Sans un mot, elle avait quitté la pièce à toutes jambes. Par la suite, profitant de son absence, elle avait fait ses valises et lui avait laissé une lettre. Elle ne voulait pas lui faire face. Elle ne l'aurait pas supporté. Cela dit, elle n'arrêtait pas d'y penser. Elle croyait avoir trouvé en lui, l'homme idéal avec lequel elle aurait vécu toute sa vie, jusqu'à ce que la mort les sépare. Malheureusement, elle devait se faire une raison mais ce n'était pas si simple, elle l'aimait tant..........A SUIVRE.

 

 

Voici un extrait de ma 3ème nouvelle sentimentale.

 

 

UN MESSAGE INESPÉRÉ

Enfouie dans son plaid, devant la télé, Solange était comme éteinte. Il y a trois mois de cela, les gendarmes étaient venus sonner à sa porte pour lui annoncer que son mari venait d’avoir un grave accident de la route et qu’il était malheureusement décédé sur le coup. Elle n’arrivait pas à refaire surface. Elle qui avait tout pour être comblée. Sa famille comptait plus que tout. En quelques secondes, toute sa vie avait basculé. Passant du bonheur au malheur............. A SUIVRE.


Voici mon 1er poème.

 

LA MISÈRE

 

J'avais un boulot du tonnerre.
Ma vie, c'était le paradis sur terre.
Soudain, à la vitesse de l'éclair,
Ma vie est devenue un enfer.
Je dis bonjour à la misère.

D'un seul coup, je me suis retrouvée dans la galère.
Je n'avais plus de repères.
Moi qui aimait prendre l'air,
Aujourd'hui, je peux le faire.
Je dis bonjour à la misère.

Tous les jours, dans cette ère,
Je me traîne comme un pépère.
Dans ce parc, marchant sur ce parterre,
Je me demande si je ne serais pas mieux au cimetière.
Je dis bonjour à la misère.

Assis sur le trottoir et le nez en l'air,
Je ne peux me satisfaire.
De désert en désert,
J'essaie de me refaire.
Je dis bonjour à la misère.

Un miracle est arrivé pour me plaire.
Alors je sors de ma tanière.
Enfin, je me suis éloigné de ce calvaire,
Et j'en suis fier.
Je dis au revoir à la misère.

 

 

Voici mon 2ème poème.

 

LE MUGUET

 

Petite fleur de printemps,
Que j'aime tant.
Tu reviens tous les ans,
Avec ton parfum odorant.

Depuis le début du mois d'avril,
Je te devinais d'un air fébrile.
Je te regardais sortir,
Tout doucement, mais sans mentir.

Jolie douceur du mois de mai,
De ma fenêtre, je pouvais te contempler.
Que tu viennes des bois ou de mon jardin,
Que de bonheur dans tous tes brins.

Lors de ta fête,
Tu es dans toutes les têtes.
La fraîcheur matinale et ses gouttes de rosées,
Sont venues faire pleurer tes clochettes éveillées.

Lorsque je te fais prisonnière,
Tu te laisses aller à ta manière.
Tu perds alors tout ton éclat,
Et je te jette sans grand fracas.

Si je ne t'avais pas cueillie,
Tu aurais sans doute bien vieilli,
Et tu aurais pu finir ta vie,
Dans ton univers de féerie.

Rien que pour toi, charmante guillerette,
Je te dédie ce poème que je trouve assez chouette,
Pour que tu puisses continuer,
Chaque année, à m'émerveiller.

 

 

Voici mon 3ème poème.

 

L'AUTOMNE

 

En cette matinée d'Automne,
Je me réveille quand le tictac sonne.
J'entends les gouttes de pluie, s'écraser sur les volets,
qui sont encore fermés.
La tempête a fait rage toute la nuit.
Je n'ai pas bien dormi.
Le jour se lève à peine,
que les éclaircies se démènent.
Je vais pouvoir aller faire ma ballade,
Car l'Automne, ce n'est pas banal.
Toutes ces couleurs,
Ce n'est que du bonheur.
Vert, jaune, rouge, brun, roux, orange,
Tout se mélange.
C'est un régal pour les yeux,
et c'est fabuleux.
Il faut savoir apprécier,
Ce que la nature nous a donné.
Quand elle se met en pause,
Nous pouvons voir tant de belles choses.
L'Automne,
Ce n'est pas monotone.
Même si c'est le déclin des jours,
Ce n'est pas la fin pour toujours.

 

 

Voici mon 4ème poème.

 

LE PRINTEMPS

 

L’hiver a décidé de s’éclipser
Sans se retourner.
Mais il reviendra
Avec ses grands frimas.
En attendant, le printemps nous revient
Pour notre plus grand bien.
Il va durer quelques mois
Pour que sa beauté se déploie.
Tout doucement, la nature reprend vie
Et vous savez ce que cela signifie.
Les champs, les prairies, les fleurs se réveillent.
Cette renaissance nous émerveille.
De petites feuilles vertes et fraîches poussent
Sur des branches qui se trémoussent.
Elles sont encore bien nues
Mais elles se rhabillent sans déconvenues.
Peu à peu, l’atmosphère se réchauffe
Tout en évitant la surchauffe.
Les températures sont à la hausse
Pour que mes petits pieds se déchaussent.
Les gens reprennent des couleurs
Pour leur plus grand bonheur.
Ils sont de nouveau joyeux
Sauf les allergiques qui sont frileux.
Je les comprends car je suis comme eux.
Pour nous, c’est un peu dangereux.
Mais qu’importe
La grâce l’emporte.
Alors je m’y frotte
Avec les désagréments que cela comporte.
Mais prudemment car picotements,
Éternuements, toussotements
Et autres tourments sont courants.
Chaque année, joli printemps
Pour t’installer, tu prends ton temps.
Chaque année, joli printemps
Pour nous ensorceler, tu es fringant.
Le spectacle est si beau,
Qu’on oublie tous nos maux.